Augmenter l’efficacité du nitrate d’ammonium

Le nitrate d’ammonium : un double engrais azoté

 

Produit obtenu en chimie par réaction de mélange entre du gaz ammoniac et de l’acide nitrique, le nitrate d’ammonium ou ammonitrate est un engrais très utilisé pour la production agricole. Sa fabrication nécessitant de la chaleur consomme beaucoup d’énergie et permet d’obtenir un mélange à part égale entre deux ions. L’ion ammonium (NH4+) qui peut se fixer au complexe argilo-humique du sol et l’ion nitrate (NO3-) qui reste soluble dans la solution du sol. 

Ces 2 formes d’azote réunies au sein d’un seul produit ont des effets sur la croissance des plantes, mais aussi sur le sol et l’environnement.

 

Nitrate et ammonium : de multiples effets

 

L’azote du composé ammonium doit être transformé en azote nitrique sous l’influence des bactéries du sol, lorsque la température du sol le permet. Cette réaction biologique est créatrice de protons, donc rend un sol plus acide localement.

Très mobile et soluble dans l’eau du sol, l’ion nitrate peut être assimilé directement par le système racinaire des plantes dans la mesure où il se trouve dans la zone rhizosphérique.

L’azote nitrique ou les nitrates, sont solubles dans l’eau et ne peuvent pas être retenus par le pouvoir fixateur du sol à cause de leur charge ionique négative. Sans leur assimilation racinaire, dans un sol à faible activité biologique et propice à l’érosion et au ruissellement, les nitrates seront entraînés en profondeur. Leur concentration dans l’eau est la première cause de pollution des nappes phréatiques, voir dans certains cas synonyme d’eutrophisation.

 

Des solutions contre les arrières effets du nitrate d’ammonium

 

Plusieurs solutions existent pour lutter contre les arrières effets de l’utilisation du nitrate d’ammonium et en optimiser l’efficacité, comme le demande la directive nitrate, mise à jour selon la zone géographique.

Nous pouvons noter la bonne nutrition des plantes en engrais soufrés. En effet, soufre et azote pénètrent en synergie dans le végétal et un apport de soufre optimise la nutrition en azote nitrique des plantes 

Le chaulage, même de surface est une bonne solution pour lutter contre l’acidification liée à la transformation de l’ion ammonium en nitrate. Ce chaulage a donc un effet positif sur l’activité biologique.

Enfin, toutes les pratiques visant à augmenter l’activité biologique des sols (conservation des résidus, faible travail du sol, éco-fertilisation, stockage des matières organiques, etc.) permettent de lutter contre l’érosion et augmentent la qualité structurale des sols. Ces deux conditions sont indispensables pour assurer l’efficacité de l’utilisation du nitrate d’ammonium dans un itinéraire de fertilisation respectueux des écosystèmes.

 

Partager l'article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Contactez-nous